Home > Accueil > À propos de nous > Salle de presse > Communiqués de presse > Les exportateurs de sapins de Noël ont des raisons de célébrer

Les exportateurs de sapins de Noël ont des raisons de célébrer

(OTTAWA) - Le 12 décembre 2014

En ce moment même, des milliers de sapins de Noël provenant de pépinières canadiennes sont exportés aux quatre coins de la planète, notamment aux États-Unis, en Russie, au Salvador, au Japon et même à Trinité-et-Tobago.

En fait, dans ce secteur à l’exportation, les exportateurs canadiens dominent le classement mondial. En 2013, ils ont exporté plus de 1,5 million de sapins de Noël, soit une valeur avoisinant les 28 millions de dollars.

Après avoir subi le ressac de la demande lors de la récession qui a sévi aux États-Unis en 2008 et 2009, les entreprises canadiennes spécialisées dans l’exportation des sapins de Noël ont repris du mieux et poursuivent sur leur lancée. La pénurie imminente de sapins de Noël sur le marché américain pourrait également se traduire par une croissance accrue des activités pour les exportateurs canadiens de cette industrie.

« Le Canada a exporté près de 1,6 million de sapins en 2013 », déclare Ross Prusakowski, économiste à EDC. « Puisque la majorité de ces sapins (soit environ 1,5 million) prennent la direction des États-Unis, un dollar canadien moins vigoureux devrait bonifier le chiffre d’affaires des exportateurs canadiens cette année. »

La Nouvelle-Écosse devrait aussi profiter du dynamisme de cette industrie. Cette province des Maritimes occupe le deuxième rang du classement provincial (après le Québec), et elle exporte chaque année 95 % de l’ensemble de sa production.

« Le secteur de la culture de sapins de Noël emploie environ 4 000 personnes en Nouvelle-Écosse », déclare Colette Wyllie, coordonnatrice du secteur auprès du Conseil des sapins de Noël (Christmas Tree Council) de la Nouvelle-Écosse. « Cette industrie apporte une riche contribution à notre économie. Nous sommes donc constamment en quête de moyens d’améliorer nos techniques de culture, de cultiver des sapins de qualité supérieure et d’élargir nos débouchés à l’exportation. »

Désireux d’accroître leur chiffre d’affaires, les exportateurs canadiens de sapin de Noël lorgnent aussi le marché européen et cherchent des façons de s’y implanter. « Il y a une réelle demande en Europe et une pénurie de sapins de Noël, notamment au Royaume-Uni », explique Mme Wyllie. « Les Européens sont soucieux de l’environnement et aiment acheter des arbres véritables. Nos sapins sont une source renouvelable, ils procurent de l’oxygène et ils s’ensemencent naturellement et nécessitent très peu d’engrais. »

Le Grincheux joue les trouble-fêtes

Pourtant, le Grincheux n’a pas manqué de se pointer le bout du nez. À vrai dire, il s’agit plutôt d’un insecte qu’un Grincheux – mais un personnage aussi détestable. Depuis des années, les Européens refusent d’autoriser la vente de sapins de Noël du Canada parce qu’ils craignent la présence du nématode du pin, un parasite causant le flétrissement de ce conifère qui se propage par le longicorne du pin. Dernièrement, le Conseil des sapins de Noël de la Nouvelle-Écosse s’est associé à Agriculture et Agroalimentaire Canada dans le but de réaliser une étude exhaustive et de démontrer aux autorités européennes que leurs sapins de Noël ne sont pas atteints pas par le nématode. Mme Wyllie est optimiste. « Si c’est effectivement le cas, il restera alors de soumettre ces résultats aux organismes de réglementation afin d’accéder au marché européen. »

À propos d’EDC

EDC aide les entreprises canadiennes à percer, croître et réussir à l'étranger. Société d’État à vocation financière, EDC procure financement, assurance, cautionnement, savoir commercial et relations de jumelage pour appuyer les entreprises canadiennes dans leurs efforts de vente et d’investissement à l’étranger. EDC peut également fournir des solutions financières à des acheteurs étrangers en vue de faciliter et d’accroître leurs achats auprès d’entreprises canadiennes.
Pour plus de renseignements sur la façon dont nous pouvons aider votre entreprise, veuillez appeler 1-888-434-8508, ou visiter le www.edc.ca.
-30-

Porte-parole

Philippe Taylor
Exportation et développement Canada
(613) 598-2904
ptaylor@edc.ca
Rapport annuel

« Composer avec la volatilité » - Rapport annuel 2015

Pour tout savoir sur notre performance : indicateurs et faits saillants.