En 2017, Exportation et développement Canada (EDC) a fourni des niveaux record de soutien aux entreprises canadiennes actives sur les marchés mondiaux. En effet, l’organisme de crédit à l’exportation du Canada a soutenu des exportations, de l’investissement à l’étranger et des activités de développement du commerce totalisant plus de 100 milliards de dollars canadiens et elle a servi 9 398 entreprises – le plus grand nombre d’entreprises servies par EDC en 73 ans d’existence.

« Il y a deux ans, nous avons adopté une nouvelle stratégie ambitieuse afin d’accroître notre pertinence auprès des exportateurs canadiens, et nous en récoltons aujourd’hui les fruits », se réjouit Benoit Daignault, président et chef de la direction d’EDC.

Ce qui rend ces résultats records encore plus impressionnants, c’est qu’ils surviennent la même année où EDC a revu de fond en comble ses façons de faire.

« Nous sommes maintenant mieux placés pour aider les PME canadiennes à obtenir les solutions dont elles ont besoin pour devenir des championnes du commerce mondial, souligne M. Daignault. Nous sommes aussi mieux positionnés pour aider les entreprises de toutes tailles à trouver des avenues de croissance – que ce soit par l’investissement direct à l’étranger, les ventes de sociétés affiliées à l’étranger ou de nouvelles relations et portes d’entrée dans les grandes chaînes d’approvisionnement mondiales. »

Parmi les nouveaux clients d’EDC, on compte un peu plus de 1 000 nouveaux « clients du savoir », soit des entreprises qui ont bénéficié des services de la Société, notamment les notations des risques pays, les perspectives sectorielles et les webinaires pratiques. EDC possède des connaissances uniques qu’elle enrichit depuis des décennies dans le cadre de transactions financières internationales réalisées sur plus de 180 marchés. Nous avons toujours communiqué cette expertise aux entreprises de façon ponctuelle et informelle, mais en 2017, nous avons commencé à rendre ce savoir plus accessible et facile à acquérir.

« Les entreprises canadiennes doivent pouvoir s’adapter et évoluer, et elles ont besoin d’un partenaire qui peut les aider à gérer les risques et les soutenir en période de transition, fait valoir M. Daignault. C’est pourquoi EDC se transforme, pour mieux répondre aux besoins des entreprises canadiennes dès aujourd’hui et anticiper leurs besoins de demain. »

Quelques grandes réalisations d’EDC en 2017 :

  • Soutien sans précédent de 1,5 milliard de dollars canadiens aux entreprises de technologies propres.
  • Émission de deux obligations vertes, d’une valeur totale de 1 milliard de dollars (une obligation de 500 millions de dollars américains et une obligation de 500 millions de dollars canadiens) dont le produit sera affecté au portefeuille de projets verts d’EDC.
  • Somme inédite de 1,3 milliard de dollars canadiens allouée au Programme de garanties d’exportations (EGP) d’EDC – une solution de partage des risques que la Société fournit à la banque de l’exportateur. L’EGP permet à la banque de prêter à l’exportateur (actuel ou en devenir) en toute quiétude, sachant qu’un pourcentage du prêt (pouvant atteindre 100 %) est garanti par EDC.
  • Appui à plus de 500 transactions d’investissement direct canadien à l’étranger (IDCE), qui ont aidé des entreprises d’ici à accéder à des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Ces données sous-tendent le constat suivant : les entreprises canadiennes ont une incidence accrue sur les marchés étrangers et au pays. Le Canada est une nation commerçante. L’économie canadienne étant fortement dépendante du commerce extérieur (notre PIB en est tributaire à hauteur de 60 %), la réussite sur les marchés étrangers se traduit également par des entreprises plus concurrentielles et une plus forte économie au pays même. En 2017, EDC a donc pu afficher des résultats records ainsi qu’un solide bilan.

« EDC passe à la vitesse supérieure pour aider plus d’entreprises que jamais, mais c’est tout aussi important qu’elle maintienne une robuste situation financière afin que nous puissions continuer à soutenir efficacement les entreprises dans un horizon à long terme », indique Ken Kember, premier vice-président, Groupe des finances et de la technologie et chef de la direction financière. « Nous sommes parvenus à cet équilibre en 2017 : nous avons terminé l’année avec un actif totalisant 60 milliards de dollars canadiens et un bénéfice net d’un milliard de dollars canadiens. Nous verserons également un dividende substantiel à notre actionnaire, le gouvernement du Canada, soit de 969 millions de dollars canadiens. »

En 2017, EDC a aussi créé l’Équipe du capital de croissance internationale, ouvert des bureaux à Saskatoon et à Charlottetown, et établi une nouvelle représentation à Sydney (Australie). La Société a également inauguré son premier pôle financier autonome à l’étranger, à Singapour; en 2017, ce bureau a consenti 13 prêts totalisant 728 millions de dollars canadiens en financement.

« Cette année, nous avons accompli de grandes choses à court terme et investi de façon importante dans l’avenir », résume M. Daignault.

EDC concentre ses activités autour de trois axes prioritaires où elle peut apporter de la valeur aux exportateurs et aux investisseurs canadiens et contribuer au rayonnement et à l’influence du Canada sur les marchés mondiaux.

Faciliter l’investissement direct canadien à l’étranger (IDCE)

  • L’IDCE facilité par EDC a augmenté de 16 %, pour atteindre 14,3 milliards de dollars canadiens – un record pour la Société.
  • Le nombre de transactions ayant contribué à l’IDCE a augmenté de 30 %, pour atteindre 508.

Aider les entreprises canadiennes à explorer de nouveaux marchés (diversification)

  • Environ 70 % des exportations de biens et de services canadiens sont destinées aux États-Unis, mais la proportion du financement consenti par EDC et des activités facilitées par la Société aux États-Unis en 2017 a été approximativement de 40 %. Le reste du financement accordé par EDC et des activités facilitées par EDC – soit la majorité – l’ont été hors du marché américain, ce qui montre le rôle important que joue EDC dans la diversification du commerce canadien.

Favoriser les rapprochements entre les entreprises canadiennes et les acheteurs étrangers (mises en relation)

  • En 2017, EDC a animé 20 activités de jumelage, auxquelles ont participé plus de 100 acheteurs étrangers et quelque 450 fournisseurs canadiens.
  • EDC noue des relations avec d’importants acheteurs étrangers dont la chaîne d’approvisionnement présente des débouchés compatibles avec les capacités canadiennes. En 2017, ces sociétés étrangères se sont approvisionnées auprès de plus de 1 600 exportateurs canadiens (contre 960 en 2016).

EDC a publié aujourd’hui les faits saillants de ses résultats pour 2017 à la suite d’une réunion récente du Conseil d’administration. Le rapport annuel complet sera publié au deuxième trimestre.

À propos d'EDC

Société d’État à vocation financière, Exportation et développement Canada (EDC) aide les entreprises canadiennes de toutes tailles à réussir à l’étranger. En tant qu’experts du risque international, nous leur offrons les outils dont elles ont besoin – savoir commercial, solutions de financement et d’assurance, placements en capitaux propres et réseaux de relations – pour conquérir le monde en toute confiance. Dans la conduite de ses affaires, EDC souscrit au principe de durabilité et de responsabilité des entreprises.

Pour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise, appelez le 1-888-434-8508 ou rendez-vous au www.edc.ca.