Coup d’œil sur le marché de l’Indo-Pacifique

Une croissance économique rapide. Des projets d’infrastructure d’envergure. Des milliards de clients potentiels, notamment au sein d’une classe moyenne émergente à la recherche de nouveaux produits et services. Voilà quelques-unes des raisons pour lesquelles la région indo-pacifique est devenue une destination de choix pour les entreprises canadiennes en quête de diversification commerciale.

L’Indo-Pacifique compte quelques-unes des économies les plus dynamiques au monde – et la demande est au rendez-vous. La région se classe au deuxième rang des zones d’échange de biens et services canadiens, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et le Vietnam faisant partie des dix principaux destinations d'exportation du Canada.

Par sa simple taille, la région recèle un potentiel inexploité pour les exportateurs canadiens. Pour le gouvernement du Canada et Exportation et développement Canada (EDC), l’intensification du commerce et des investissements du Canada en Asie et en Indo-Pacifique, est une priorité, car les marchés diversifiés de la région, en pleine croissance, présentent des occasions alléchantes dans les secteurs prioritaires.

Mais ces marchés sont complexes, et les exportateurs novices pourraient se buter à des obstacles.

  1. Le marché de l’Indo-Pacifique est très concurrentiel et sensible aux prix.
  2. Les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont élevés dans certains pays.
  3. Il faut investir beaucoup de temps et d’argent pour étudier les débouchés, établir des relations sur le marché cible, mener des contrôles préalables, surmonter la barrière de la langue et maîtriser l’étiquette des affaires locale.

Avec un plan rigoureux, les bons partenaires et une vision à long terme, une démarche commerciale en Indo-Pacifique peut catalyser la croissance internationale de votre entreprise.

Et vous n’avez pas à tout faire par vous-même! EDC est là pour aider les entreprises canadiennes à profiter des retombées de l’exportation en s’étendant à l’étranger et en se diversifiant au-delà des marchés traditionnels du Canada. Comptant sur les services de représentants commerciaux aux quatre coins de l’Asie, EDC peut vous conseiller sur la stratégie à adopter dans la région de l’Indo-Pacifique, vous mettre en contact avec son puissant réseau de partenaires et de ressources, et soutenir votre expansion grâce à un éventail complet de solutions de financement et de gestion des risques.

Pleins feux sur les pays de l’Indo-Pacifque

Quel marché d’Asie et de l’Indo-Pacifique se prête le mieux à la stratégie et aux capacités de votre entreprise? Il y a des dizaines d’options, mais selon les renseignements sur les marchés d’EDC, le potentiel pour les exportateurs canadiens est particulièrement élevé dans les pays ci-dessous.

         

EDC tient à jour une évaluation détaillée des risques dans 48 pays, dont les marchés majeurs de l’Indo-Pacifique. Créez un compte MonEDC pour consulter l’Analyse trimestrielle des risques pays.

Atouts et obstacles pour les exportateurs dans la région de l’Indo-Pacifique

  • Populations jeunes, en croissance
  • Demande de la nouvelle classe moyenne
  • Énorme demande d’infrastructures et de technologies propres
  • Accès préférentiel grâce aux accords commerciaux
  • Bonne connaissance des technologies et ouverture aux nouvelles tendances numériques

D’ici 2040, l’Indo-Pacifique devrait représenter 50 % du PIB mondial et 40 % de la consommation planétaire. Cette région à forte croissance est une destination prometteuse pour les entreprises canadiennes cherchant à se diversifier au-delà de l’Amérique du Nord et à percer de nouveaux marchés étrangers. La demande de divers biens et services canadiens est forte, et les occasions de placement à l’étranger ne manquent pas.

  • Visites coûteuses (en temps et en argent) en raison de la distance
  • Barrières linguistiques et culturelles
  • Formalités administratives et bureaucratie complexe
  • Enjeux ESG sur certains marchés
  • Temps nécessaire pour établir des relations
  • Concurrence

Pour réussir dans l’environnement commercial complexe et hautement concurrentiel de l’Asie, il faut une planification rigoureuse et un engagement à long terme. Les entreprises canadiennes doivent être prêtes à se mesurer aux difficultés que représentent la distance, la langue et la culture, les enjeux ESG et l’environnement commercial local lorsqu’elles se lancent sur les marchés asiatiques.

Secteurs à fort potentiel en Indo-Pacifique

Les renseignements sur les marchés d’EDC dénotent une correspondance entre la demande de la région et l’offre canadienne dans les secteurs suivants.  

Une main tient un globe bleu et une herbe verte

Agroalimentaire 

Étant donné sa population énorme, l’Asie est un marché critique pour l’agriculture canadienne. Nos produits et innovations agroalimentaires peuvent aider la classe moyenne grandissante de la région à combler ses besoins alimentaires et nutritionnels.

Une globe avec différentes villes reliées par des lignes

Infrastructure 

Les pays de toute la région indo-pacifique investissent massivement dans l’infrastructure pour soutenir leur croissance économique, alimenter leur transformation numérique, fournir de nouveaux services et s’adapter aux changements climatiques.

Une usine avec une feuille verte sortant de la cheminée

Technologies propres 

Le capital, l’expertise et les innovations en technologies propres du Canada sont en demande à l’heure où l’Asie tente de s’urbaniser et de s’industrialiser de façon durable et de respecter ses engagements en matière de carboneutralité.

Un signe de dollar à côté d'un globe terrestre à l'intérieur d'un engrenage

Fabrication de pointe

La région ne tarde pas à adopter de nouvelles technologies de fabrication et de transformation numérique, ce qui ouvre la porte aux innovations canadiennes.

Comment EDC aide les entreprises à tisser des liens en Indo-Pacifique

Trouver de nouveaux clients, fournisseurs et partenaires, comprendre la culture des affaires et les lois commerciales locales, se familiariser avec la logistique de l’expédition de marchandises : voilà quelques défis à surmonter pour faire des affaires à l’étranger.

Mais vous n’avez pas à tout faire par vous-même.

Un réseau d’organismes canadiens axés sur le commerce unit ses forces pour vous aider à vous lancer à l’étranger. En collaboration avec les délégués commerciaux à l’étranger, EDC peut vous mettre en relation avec des personnes réputées dont la fiabilité a été vérifiée, comme des agents, des distributeurs, des avocats, des comptables, des traducteurs, des interprètes linguistiques et culturels, des courtiers en douane, des représentants du gouvernement et des acheteurs potentiels aux quatre coins de l’Asie et de la région indo-pacifique. 

Nous offrons aussi des solutions de financement, de gestion des risques et d’augmentation du fonds de roulement pour aider les entreprises canadiennes à réussir à l’étranger.

People stand on an elevated yellow footbridge at Gardens by the Bay in Singapore.

EDC à Singapour : votre porte d’entrée vers l’Asie

La représentation d’EDC à Singapour est une porte d’entrée vers l’Asie pour les exportateurs canadiens. Nous misons sur notre proximité avec les acheteurs d’Asie afin de repérer de nouveaux débouchés pour les entreprises canadiennes, d’établir des liens avec des partenaires locaux, de fournir des solutions de souscription et de financement facilitant le commerce, et d’agir comme catalyseur du commerce entre le Canada et la région. La représentation se veut également un centre de services pour le réseau de représentants commerciaux d’EDC dans la région indo-pacifique

           

Accords de libre-échange entre le Canada et les pays de la région indo-pacifique

Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP)

Le PTPGP est un accord de libre-échange entre le Canada et dix pays : Australie, Brunéi, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam. Cet immense bloc économique totalise un PIB de 13 500 milliards de dollars canadiens et réunit 495 millions de clients potentiels.

Une fois pleinement mis en œuvre, le PTPGP éliminera ou réduira fortement les tarifs douaniers entre les pays membres, ce qui ouvrira de nouveaux marchés aux exportateurs canadiens et créera des occasions d’approvisionnement pour les entreprises d’ici.

Certains produits canadiens, comme le poisson, les produits de la mer et les produits forestiers, peuvent déjà être exportés vers les marchés du PTPGP en franchise de droits. L’accord prévoit aussi des règles créant un environnement cohérent, transparent et équitable pour les affaires, et il reflète les engagements du Canada en matière de pratiques ESG progressistes.

Accord de libre-échange Canada-Corée (ALECC)

L’ALECC est le premier accord de libre-échange signé entre le Canada et un pays d’Asie. Grâce à cet accord, les exportateurs canadiens ont un accès privilégié à la onzième économie mondiale et la quatrième en Asie.

Depuis 2017, 93 % des produits d’exportation canadiens peuvent entrer en Corée en franchise de droits, et d’ici 2032, l’ALECC aura éliminé les tarifs douaniers sur pratiquement tous les échanges entre les deux pays.

L’accord accroît aussi les occasions d’accès au marché dans tous les secteurs, renforce la protection des investissements bilatéraux, réduit les barrières non tarifaires et facilite les déplacements des gens d’affaires entre les deux pays.

Futurs accords commerciaux avec l’Asie

        

        

        

        

Split-screen image of an overhead shot of a tractor cultivating a wheat field (left) and a woman at a grocery store holding a wheat product in her hand (right).

Vous voulez obtenir rapidement et gratuitement les réponses qui vous manquent à propos des marchés internationaux?

Contactez-nous. Ouvrez un compte MonEDC aujourd'hui pour consulter à volonté plus de 200 guides, webinaires et articles, qui vous aideront à prendre des décisions éclairées et à prospérer hors Canada. Inscrivez-vous maintenant


 

 

Tous les chiffres pour la « valeur totale des exportations canadiennes » proviennent du Gouvernement du Canada

Tous les chiffres du « PIB (nominal) » proviennent de la Banque mondiale

 

Date de modification : 2023-01-24