Le sondage d’Exportation et développement Canada sur l’indice de confiance commerciale de la fin de l’année 2019 prend le pouls de 1 000 exportateurs canadiens et recueille de précieuses informations absentes des statistiques commerciales traditionnelles. Cet indice semestriel présente les inquiétudes et les attentes des exportateurs concernant l’avenir, les changements dans leurs activités et leurs stratégies internationales, ainsi que leur avis sur les problèmes émergents.

 

 

En résumé : les cinq grandes conclusions de l’ICC

1. La confiance commerciale au Canada est à son plus bas en huit ans.

L’indice de confiance commerciale du Canada est tombé à 69,3, son niveau le plus bas en huit ans.

  

 

 


2. Le protectionnisme demeure une grande source d’inquiétude.

Le protectionnisme continue d’influencer les stratégies mondiales des exportateurs canadiens; près de la moitié s’attendent à ce que cette grande source d’inquiétude gagne en force dans la prochaine année.

Une créatrice de mode travaille dans un studio.

  

Le protectionnisme influe sur les stratégies mondiales du tiers des exportateurs canadiens

Le protectionnisme influence les stratégies mondiales de près du tiers des exportateurs canadiens.

35 % des répondants prévoient une hausse du protectionnisme dans la prochaine année.

Un peu plus du tiers des exportateurs s’attendent à une augmentation du protectionnisme dans la prochaine année.

Près du tiers des répondants se disent touchés négativement par le différend commercial entre la Chine et les États-Unis.

Près du tiers des répondants se disent touchés négativement par le différend commercial entre la Chine et les États-Unis, et un tiers croient qu’il ne sera pas résolu entièrement.

  

 

 

 

3. L’incertitude autour de l’ACEUM diminue.


 

16 % des exportateurs canadiens ont une opinion négative de l’ACEUM.


Les répondants sont considérablement moins nombreux qu’avant à avoir une opinion défavorable de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). des exportateurs canadiens ont une opinion négative de l’ACEUM

  

 

 

  

4. La crainte d’une récession mondiale demeure élevée.

Les répondants qui croient que la prochaine récession mondiale est imminente (2020) affichent un ICC inférieur aux autres.

Les répondants qui croient que la prochaine récession mondiale débutera en 2020 affichent un ICC inférieur à ceux qui la voient venir en 2021 ou plus tard (63,4 contre 70,8).

 

 

 

  

Une entrepreneure visite le centre-ville de Copenhague.

5. Les exportateurs canadiens diversifient de plus en plus leurs activités à l’échelle mondiale en investissant hors du pays

  


Diversification des investissements

17 % des exportateurs investissent actuellement à l’étranger.
10 % des exportateurs prévoient investir sur de nouveaux marchés.

    

 

    

Principaux marchés étrangers où les entreprises canadiennes prévoient investir

Principaux marchés étrangers où les exportateurs prévoient investir : États-Unis (68 %), Chine (11 %), Allemagne (7 %), Inde (6 %), Mexique (5 %) et Royaume-Uni (3 %).

 

 

  

Parlez-nous de vous

Tous les champs sont obligatoires

Parlez-nous de votre entreprise

Tous les champs sont obligatoires

Parlez-nous un peu plus de votre entreprise

Tous les champs sont obligatoires

Et pour finir

Tous les champs sont obligatoires

Parlez-nous de vous

Parlez-nous de votre entreprise

Parlez-nous un peu plus de votre entreprise

Retour

Nous sommes désolés, mais notre système est temporairement inaccessible. Veuillez tenter d’y accéder de nouveau plus tard.

Toujours sans compte MonEDC?

Inscrivez-vous pour explorer nos connaissances en exportation, nos webinaires et nos ressources qui vous aideront à atténuer les risques et à prendre de l’expansion.

Inscrivez-vous maintenant Ouvrir une session

 

À propos du sondage

À propos de l’indice de confiance commerciale d’EDC

Le sondage sur l’ICC a été réalisé en novembre et décembre 2019, et publié le 4 fevrier 2020. Deux fois l’an, EDC sonde 1 000 exportateurs canadiens. Elle prend ainsi le pouls des exportateurs canadiens et de leurs attentes relativement aux occasions d’affaires internationales pour les six prochains mois.