Un nombre record de personnes ont indiqué qu’elles pensaient exporter vers de nouveaux marchés et investir hors du pays

Après avoir atteint son plus bas niveau historique au cours du printemps dernier, la confiance commerciale des exportateurs canadiens a rebondi dans tous les secteurs, dans les entreprises de toute taille et dans toutes les régions du pays, selon le dernier indice de confiance commerciale d'Exportation et développement Canada (EDC). 

« C’est un soulagement de voir une reprise si généralisée, sachant plus particulièrement que les données commerciales canadiennes continuent de dépasser les attentes, a affirmé Stephen Tapp, l'économiste en chef adjoint d’EDC. Mais avec la deuxième vague de la COVID-19 qui fait rage dans beaucoup de régions du pays, notre économie n’est toujours pas encore hors de danger. »

Alors que certaines mesures de confinement imposées en réponse à la pandémie de la COVID-19 ont commencé à être levées. L’indice de référence a augmenté de 21% et se situe désormais à 67,5 points, en augmentation comparé aux 56 points du sondage conduit au milieu de l’année. Pourtant, l’indice de référence reste à 3% en-dessous de son niveau prépandémique. 

Bien que le dernier sondage ait montré qu’un nombre moins important de personnes interrogées a indiqué un impact négatif sur leurs entreprises en comparaison au dernier sondage (passant de 71% à 65%). La majorité des personnes interrogées, presque 80%, affirme qu’elles continuent à produire en dessous des niveaux prépandémiques.

Parmi les personnes interrogées qui affirment que la pandémie a influencé leur entreprise négativement, 28% d’entre elles affirment que leurs ventes ont baissé de moitié ou plus depuis janvier. 

À l'autre extrémité, un pourcentage croissant de personnes interrogées, 23%, affirme que la COVID-19 a eu un effet positif sur les ventes, un nombre en augmentation comparé aux 14% du sondage conduit au milieu de l’année. Parmi ces personnes, 44% affirment que les ventes ont augmenté jusqu’à 10% depuis janvier et 25% affirment que les ventes ont augmenté entre 11% et 15%. 

« Ce résultat reflète probablement deux facteurs, a expliqué Tapp. Le premier est la nature très inégale de la pandémie entre les secteurs qui crée ce qu’on appelle une reprise en K. Le deuxième est que davantage d’entreprises ont fait pivoter leur production pour tirer avantage des nouvelles tendances de la demande créées par la pandémie. »

Les personnes interrogées ont aussi indiqué qu’elles faisaient face à de nombreuses difficultés pour assurer des activités commerciales internationales, notamment pour entrer en contact avec les clients (34% des personnes interrogées), entrer en contact avec des fournisseurs, des partenaires ou des distributeurs potentiels (26%), identifier des fournisseurs, des partenaires ou des distributeurs potentiels (26%) et maintenir le flux de trésorerie (25%). 

En ce qui concerne le futur, deux-tiers des personnes interrogées (67%) ont affirmé s’attendre à une reprise lente ou agitée et à une récession globale qui durera plus d’une année. Malgré cela, un nombre record de personnes interrogées ont indiqué qu’elles pensaient exporter vers de nouveaux marchés et investir hors du pays, respectivement 74% et 28%. 

Autres points forts 

  • Un tiers des personnes interrogées a affirmé que le protectionnisme commercial (par exemple les tarifs, les droits de douane, la volonté d’acheter localement) a affecté leurs stratégies commerciales. 
  • Un tiers des personnes interrogées a affirmé que les tensions commerciales entre le Canada et la Chine ont eu un impact négatif sur leur entreprise. 
  • La confiance commerciale s’est améliorée dans tout le pays de 11,5 points pour atteindre 67,5 points. Le Québec a montré le changement le plus important, avec une augmentation de 16 points alors que les provinces atlantiques en ont montré le moins avec une augmentation de seulement 4 points. L’Ontario est la province la plus optimiste avec 69,3 points au total. 
  • Alors que les entreprises de toute taille ont indiqué connaître un regain de confiance, les grandes entreprises ont témoigné du plus grand regain de confiance depuis le sondage conduit au milieu de l’année, avec une augmentation de 52,7 à 69,1 points. La confiance des moyennes entreprises est passée de 51,5 à 67,2 points et celle des petites entreprises de 58,3 à 67,5 points. 

À propos de l’indice de confiance commerciale d’EDC

Ce sondage comprend les réponses de 557 exportateurs canadiens. L’indice de confiance commerciale est mené deux fois par an et fournit des informations qui ne seraient pas disponibles avec des statistiques commerciales traditionnelles. Les résultats évaluent le niveau de confiance des exportateurs canadiens et leurs attentes concernant les possibilités offertes par le commerce international. Les personnes interrogées pour ce sondage en ligne sont largement représentatives des petites, moyennes et grandes entreprises de tout le pays. Le sondage en ligne a été conduit du 7 octobre au 6 novembre 2020.

À propos d'EDC

Société d’État à vocation financière, Exportation et développement Canada (EDC) aide les entreprises canadiennes de toutes tailles à réussir à l’étranger. En tant qu’experts du risque international, nous leur offrons les outils dont elles ont besoin – savoir commercial, solutions de financement et d’assurance, placements en capitaux propres et réseaux de relations – pour prospérer en toute confiance. Dans la conduite de ses affaires, EDC souscrit aux principes de la durabilité et de la responsabilité des entreprises. Pour aider les entreprises canadiennes qui doivent faire face à des difficultés financières extrêmes à cause de la réaction mondiale à la COVID-19, le gouvernement du Canada a inclus le marché intérieur dans le mandat d’EDC jusqu’au 31 décembre 2021. Ce mandat élargi permet à EDC d’étendre son soutien aux entreprises principalement actives au pays.

Pour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise, appelez le 1-800-229-0575 ou rendez-vous au www.edc.ca.