La croissance des exportations canadiennes atteindrait 17 % en 2021

L’économie mondiale devrait croître de 5,5 % en 2022 – soit un taux de loin supérieur à la tendance à long terme – après avoir inscrit cette année une croissance de 6 % au-dessus des niveaux d’avant la pandémie, selon un rapport publié aujourd’hui par Exportation et développement Canada (EDC).

« La demande reste forte malgré les perturbations causées par la pandémie », a déclaré Peter Hall, l’économiste en chef d’EDC. « La demande comprimée est soutenue par les fondamentaux solides d’avant cette crise planétaire, mais c’est la demande ordinaire qui est essentiellement à la base de nos prévisions : nous tablons sur une hausse notable des exportations mondiales cette année et en 2022, et sur une croissance au-dessus de la moyenne en 2023. »

Dans la plus récente édition des Prévisions à l'exportation, les économistes d’EDC pronostiquent cette année et l’an prochain une croissance beaucoup plus rapide de l’économie mondiale que la tendance à long terme le laisse présager. Cette accélération devrait se poursuivre jusqu’en 2023, à la faveur de la relance de l’activité après les déconfinements et la demande soutenue du côté des consommateurs.

On estime qu’après avoir cédé 13 % en 2020, la croissance des exportations canadiennes devrait faire un bond remarquable de 17 % cette année, puis progresser d'encore 3 % en 2022.

Cette année, la croissance sera en grande partie tirée par le raffermissement de 14 % des cours, notamment de l’énergie, des métaux de base et des produits de bois. Si, comme on le prévoit, les cours se normalisent en 2022, le volume des expéditions devrait alors augmenter de 6 %, tandis que les chaînes d’approvisionnement mondiales et les réseaux de transport devraient se stabiliser nettement au-dessus de la moyenne d’avant la pandémie.

En 2022, l’élan des exportations sera ralenti par le secteur de la foresterie, dont les cours redescendront de leurs sommets insoutenables tout en demeurant bien au-delà de la moyenne d’avant la pandémie. Par ailleurs, des cours moins élevés devraient nuire aux exportations du secteur de l’énergie, et dans une certaine mesure, à celles du secteur des minerais et métaux.

Exportations : perspectives sectorielles

  • Le secteur automobile, pratiquement à l’arrêt au début de la pandémie, a redémarré et dépassé en quelques semaines son niveau d’activité d’avant la pandémie. Cependant, en raison de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, les exportations de cette filière ont marqué le pas et se maintiennent à 75 % du niveau d’avant la crise sanitaire. Elles devraient donc fléchir de 5 % d’ici la fin de 2021 avant de remonter de 27 % en 2022.
  • À l’heure actuelle, les exportations de biens de consommation demeurent au-dessus des niveaux d’avant la pandémie et devraient augmenter de 16 % d’ici la fin de 2021.
  • Du côté des exportations de produits forestiers, on anticipe une poussée de 45 % en 2021 suivie d’un repli de 27 % en 2022.
  • Pour ce qui est des exportations du secteur minier, on prévoit une hausse de 17 % en 2021 et une baisse de 4 % en 2022.
  • Les exportations de produits chimiques et de plastiques devraient s'accroître de 18 %, et les exportations du secteur de l’énergie de 59 %, après la chute marquée du début de la pandémie.
  • Les exportations d’aliments devraient demeurer florissantes et croître de 9 % d’ici la fin de l’année.

Autres constats

  • Dans l’ensemble, les exportations vers les économies avancées n’ont progressé que de 1,5 %, tandis que celles vers les marchés émergents ont grimpé de 16 %. Ce déséquilibre amplifie les perturbations touchant les chaînes d’approvisionnement mondiales.
  • En 2021, les exportations canadiennes vers d’autres économies avancées éclipseront celles en direction des marchés émergents (augmentation de 22 % contre 13 %). Parmi nos principaux partenaires commerciaux, le Japon sera la première destination des exportations canadiennes. 

À propos d'EDC

Société d’État à vocation financière, Exportation et développement Canada (EDC) aide les entreprises canadiennes de toutes tailles à réussir à l’étranger. En tant qu’experts du risque international, nous leur offrons les outils dont elles ont besoin – savoir commercial, solutions de financement et d’assurance, placements en capitaux propres et réseaux de relations – pour prospérer en toute confiance. Dans la conduite de ses affaires, EDC souscrit aux principes de la durabilité et de la responsabilité des entreprises.

Pour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise, appelez le 1-800-229-0575 ou rendez-vous au www.edc.ca.