En dépit des risques géopolitiques persistants qui semblent guetter à chaque instant le commerce international, la croissance des exportations canadiennes a été plus forte que prévu, atteignant 8 % cette année malgré un bond escompté de 6 %, selon les Prévisions à l’exportation semestrielles d’Exportation et développement Canada (EDC) publiées aujourd’hui.

Cette belle performance est en grande partie attribuable au raffermissement de la demande de la part des entreprises et des consommateurs du marché américain envers les produits et services canadiens, alors même que les négociations entourant l’ALENA se trouvent à un tournant critique.

Le retour de la croissance dans le secteur énergétique est le principal facteur étayant la montée en puissance des exportations canadiennes, alors que l’on observe une relance de l’activité d’exploitation des nappes d’hydrocarbures dans un contexte marqué par des incendies de forêt dévastateurs et des cours peu élevés. Quelle est la première destination de ces produits énergétiques? Vous l’aurez deviné : les États-Unis. Sur ce marché, la demande en énergie suit l’accélération économique et l’intensification de l’activité industrielle.

Dans le même temps, la croissance du secteur des minerais et des métaux ressortira en nette hausse à la faveur de la lente intensification de l’activité industrielle aux États-Unis et à l’échelle mondiale. L’augmentation de la production éperonnera aussi la croissance des exportations canadiennes de machinerie et d’équipement industriels, sur fond de renforcement de l’activité sur le marché américain.

« Le moteur des exportations canadiennes s’emballe et tourne à plein régime, a déclaré Peter Hall, vice-président et économiste en chef à EDC. Malgré les signaux provenant de la sphère politique aux États-Unis, les entreprises canadiennes et américaines s’entendent visiblement sur une chose : elles souhaitent faire plus d’affaires ensemble. De fait, de plus en plus d’entreprises canadiennes font de nouveaux investissements sur le marché américain, et les effets de ce regain dynamisent déjà la demande pour les exportations canadiennes, en particulier dans le secteur de la machinerie et de l’équipement industriels. »

Faits saillants Voici les secteurs qui réaliseront une croissance dans les deux chiffres :

• énergie 31 %

• minerais et métaux 14 %

• machinerie et équipement industriels 11 %

• La valeur des exportations énergétiques s’établira à 77 milliards de dollars et devrait bondir de 31 % en 2017. Cette embellie sera néanmoins passagère puisque la croissance stagnera en 2018.

• La croissance des exportations de services, un facteur déterminant du tableau des exportations canadiennes, avoisinera 6 % cette année et conservera cette impulsion dans un horizon à long terme.

• La croissance du secteur forestier atteindra 4 %, mais elle se ralentira en raison du conflit du bois d’œuvre entre le Canada et les États-Unis.

Dans l’ensemble, la croissance des exportations canadiennes devrait se stabiliser à 4 % en 2018, après avoir engrangé des gains de 8 % cette année. « Il se peut fort bien que l’on assiste à la fin de ce long épisode de stagnation des exportations », a ajouté M. Hall.

Selon EDC, la croissance mondiale devrait se fixer à 3,6 % cette année, puis à 3,8 % en 2018 en raison de l’essor vigoureux des marchés émergents, tout particulièrement de la Chine, de l’Inde et du Brésil. Toutefois, les marchés développés ne seront pas en reste, car les grandes économies développées amélioreront leur performance cette année.

De plus, les marchés développés seront porteurs de croissance à long terme – notamment la zone euro – dans la foulée de l’Accord économique et commercial global (AECG) conclu entre le Canada et l’Union européenne. Cet accord de libre-échange ouvre un marché d’environ 500 millions de consommateurs, dont la valeur s’élève à 20 billions de dollars pour les exportateurs canadiens.

« Après une longue attente, l’économie mondiale renoue avec la croissance, a souligné M. Hall. Les exportateurs canadiens sont prêts à récolter les fruits de cette croissance en 2017 et 2018. »

Pour accéder à la version intégrale de la publication, veuillez visiter l’édition de l’automne 2017 des Prévisions à l'exportation.

À propos d'EDC

Société d’État à vocation financière, Exportation et développement Canada (EDC) aide les entreprises canadiennes de toutes tailles à réussir à l’étranger. En tant qu’experts du risque international, nous leur offrons les outils dont elles ont besoin – savoir commercial, solutions de financement et d’assurance, placements en capitaux propres et réseaux de relations – pour prospérer en toute confiance. Dans la conduite de ses affaires, EDC souscrit aux principes de la durabilité et de la responsabilité des entreprises.

Pour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise, appelez le 1-800-229-0575 ou rendez-vous au www.edc.ca.