Que l’on soit homme ou femme, bâtir une entreprise dépend en bonne partie des conseils judicieux que l’on reçoit de ceux et celles qui l’ont fait. La route vers le succès peut être particulièrement ardue pour les femmes entrepreneures qui veulent percer les marchés internationaux avec leurs produits ou services. Pour celles qui souhaitent percer à l’étranger, l’entrée sur les marchés internationaux et le développement des affaires constituent un énorme défi.

Nous avons donc demandé à neuf femmes présentes sur les marchés internationaux de donner quelques conseils aux femmes entrepreneures qui veulent percer à l’étranger.

Développer votre réseau et l’utiliser

Les relations et les alliances avec des femmes entrepreneures vivant dans d’autres pays représentent une source inestimable de renseignements et de soutien. Pour réussir, vous devez comprendre les fuseaux horaires, les langues, les cultures, les devises, la concurrence et les règles du commerce international. À celles qui souhaitent accroître leurs activités à l’échelle internationale, je leur recommande fortement d’utiliser les ressources d’Exportation et développement Canada, des Femmes d’affaires en commerce international et de Women’s Enterprise Organizations of Canada.

Jennifer Grant  —  Jennifer Grant International présidente

DEMANDEZ DE L’AIDE! De nombreuses organisations, publiques comme privées, savent que l’exportation peut être un vecteur de croissance. Et elles peuvent vous aider à éviter les erreurs courantes… et potentiellement coûteuses. Mieux, certains d’entre eux se spécialisent dans l’accompagnement des femmes entrepreneures.

Mairead Lavery  —  EDC première vice-présidente, Développement des affaires

Tissez votre réseau, soyez stratégique et, le plus important, demandez-vous « pourquoi pas? ». Vous verrez rapidement que la confiance et la crédibilité se renforcent si vous croyez en vos compétences et que vous faites de vos relations d’affaires une priorité.

Andrea Gardella  —  EDC économiste principale

Mettre l’emphase sur votre plan à l’exportation

Vous devez savoir comment intégrer l’expansion à l’étranger dans votre stratégie globale et vos objectifs. Guidée par votre stratégie – votre « étoile polaire » –, évaluez minutieusement les ressources que vous avez et celles qu’il vous faut pour vous lancer sur la scène mondiale.

Marcela Mandeville  —  Alberta Women Entrepreneurs (AWE) chef de la direction

N’ayez pas froid aux yeux! Pensez au potentiel de croissance à moyen et à long terme de votre entreprise, y compris la possibilité d’exporter, et élaborez votre plan financier en conséquence.

Dominique Bergevin  —  EDC chef de projets organisationnels, Marchés commerciaux et Petites entreprises

Votre proposition de valeur est unique et novatrice? Vous devriez songer à exporter votre produit ou service. Ne laissez pas la taille de votre entreprise vous empêcher d’intégrer un volet exportation à votre stratégie d’affaires. Vous seriez surprise de voir à quel point les PME canadiennes ayant une femme à leur tête connaissent du succès à l’exportation. Cela peut vous sembler effrayant au début, mais ça en vaut la peine. Allez-y étape par étape, et n’hésitez pas à utiliser les vastes ressources à votre disposition, par exemple Exportation et développement Canada (EDC), Affaires mondiales Canada (AMC), le Service des délégués commerciaux (SDC), la Banque de développement du Canada (BDC), les représentants des provinces et les associations.

Johane Séguin  —  EDC directrice de groupe, Commerce international

Comprendre le marché

Choisissez votre marché étranger intelligemment. Consultez un spécialiste qui peut vous parler des coutumes et de la culture locales, et vous recommander des contacts. Par exemple, le Service des délégués commerciaux (SDC) a des conseillers dans 160 pays. Les exportatrices peuvent aussi recevoir une subvention dans le cadre du programme CANExport pour les voyages d’affaires à l’étranger. Il y a également les missions des Femmes d’affaires en commerce international (FACI). Vous n’êtes pas prête à faire le saut? Demandez à votre chambre de commerce de vous jumeler avec un mentor ayant de l’expérience sur votre marché cible.

Ailish Campbell  —  Affaires mondiales Canada déléguée commerciale en chef

Lorsqu’on cherche à étendre nos activités à un nouveau marché, particulièrement à l’étranger, il importe de comprendre la dynamique de ce marché dès l’étape de la planification. Ne faites pas l’erreur de croire que ce marché est comme tous les autres. Considérez que chaque marché est unique, qu’il a ses propres besoins et ses propres tendances.

Eugenia Tsetlin  —  succursale Glebe, Ottawa directrice de succursale, BMO

Narration permet de partager votre message

Les histoires n’ont pas de frontières. Votre histoire et votre marque sont vos plus grands atouts. N’ayez pas peur de raconter votre histoire, car il y aura toujours une oreille pour vous écouter.

Sarah Daniele  —  Mydoma Studio chef de la direction et cofondatrice

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les possibilités pour les femmes de développer leurs affaires à l’étranger, rejoignez-nous le jeudi 29 mars à ce webinaire de 1 heure : Comment les femmes peuvent-elles développer des activités hors du Canada.