Le commerce canado-indien est florissant et l’Inde est un marché prioritaire pour Exportation et développement Canada (EDC) et le gouvernement du Canada.

En 2019, les échanges commerciaux entre le Canada et l’Inde se chiffraient à plus de 4,5 milliards de dollars, ce qui fait de l’Inde le neuvième marché d’exportation du Canada. En 2018, les exportations de biens du Canada vers l’Asie ont totalisé plus de 65 milliards de dollars, dont la majeure partie était destinée à la Chine et au Japon. Les ventes en Inde ont compté pour 7 % des exportations canadiennes vers l’Asie, ce qui fait du pays le quatrième marché d’exportation du Canada dans cette région.

Vous voulez en savoir plus? Voici pourquoi vous devriez vous aussi envisager de participer à cette formidable aventure.

  • Il y a eu de nombreuses visites ministérielles depuis 2016.
  • EDC a une représentation permanente à Delhi depuis 2005 et à Mumbai depuis 2007.
  • De 2014 à 2018, nous avons facilité des échanges commerciaux entre l’Inde et le Canada totalisant 9,97 milliards de dollars, dont 5,5 milliards étaient du financement direct.
  • En 2018, 449 entreprises canadiennes ont reçu l’aide d’EDC pour exporter en Inde, et près de 65 % d’entre elles (287 entreprises) étaient des PME.

Bien qu’il ne soit pas facile de faire des affaires en Inde, c’est un pays qui recèle un potentiel économique énorme et qui est parvenu à transformer considérablement son environnement commercial afin d’en faire un pôle d’investissement attrayant. En 2014, l’Inde s’est classée au 130e rang sur 190 pays selon l’indice de facilité de faire des affaires. En 2019, elle s’est hissée au 63e rang. Si le pays traverse actuellement des moments difficiles, sa croissance économique ayant chuté à 5 % en 2019, son potentiel de croissance estimé est de l’ordre de 7 %.

Commerce canado-indien : les principaux débouchés

Aujourd’hui, le commerce canado-indien est florissant. Les exportations du Canada vers l’Inde ont augmenté de 8 % par année en moyenne de 2009 à 2018, ce qui fait du pays le neuvième marché d’exportation du Canada. Parmi les principales exportations des dernières années, on compte les minéraux, les produits d’origine végétale (pois et lentilles) et les produits chimiques (potasse).

Dans son webinaire de 2018 L’inde : le pays où dynamiser vos ventes, EDC s’est entre autres intéressée aux meilleurs débouchés que le pays offre aux exportateurs canadiens. En voici quelques-uns :

  • l’équipement et les services d’amélioration de la chaîne de valeur des technologies de l’information et des communications;
  • l’infrastructure et l’énergie, notamment les projets de développement urbain et les produits spécialisés ajoutés à l’équipement traditionnel;
  • l’équipement et les services de traitement du pétrole et du gaz naturel;
  • la logistique et l’infrastructure de la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire.

En général, c’est la taille du marché et la rapidité des changements en Inde qui en font un pays attrayant pour les exportateurs canadiens. Par exemple, on s’attend à ce que le pays fasse plus que doubler sa capacité de production d’énergie renouvelable d’ici 2022, et à ce qu’il construise 100 nouveaux aéroports d’ici 2025 et 60 000 kilomètres de routes dans les cinq prochaines années. D’ici 2030, l’Inde pourrait bien devenir la troisième économie mondiale.

Comment EDC fait le pont entre les grandes entreprises et les PME

EDC sait qu’une PME doit investir beaucoup d’argent pour percer de nouveaux marchés. Notre Programme de jumelage d’affaires pour les acheteurs étrangers nous permet d’intégrer des entreprises canadiennes à la chaîne d’approvisionnement de ces derniers et de promouvoir les capacités des entreprises d’ici en tant que valeur ajoutée. 

Notre mandat nous autorise à fournir du financement aux entreprises étrangères pour les inciter à s’approvisionner auprès de fournisseurs canadiens. Les entreprises étrangères qui reçoivent notre financement explorent avec nous les possibilités d’acheter des biens et des services auprès des fournisseurs canadiens. Au cours des cinq dernières années, 86 fournisseurs canadiens ont tiré profit des mises en relation du programme de jumelage d’affaires en Inde.

Bien que l’Inde se soit employée à offrir un contexte plus favorable au commerce, y faire des affaires comporte son lot de difficultés. Les exportateurs constateront peut-être que les barrières tarifaires rendent leurs prix moins concurrentiels, ou encore que la paperasserie administrative et juridique et l’éloignement du marché leur mettent des bâtons dans les roues.

EDC encourage les exportateurs potentiels et existants à tirer parti de son programme de jumelage d’affaires ainsi que des informations et des ressources fournies par la Société et le Service des délégués commerciaux (SDC) du gouvernement du Canada. EDC et le SDC ont tous deux des employés au Canada qui s’occupent du marché indien ainsi que du personnel en Inde.

Renseignements commerciaux du SDC, présent sur le terrain

Déléguée commerciale principale à Delhi, Lindsay Margenau a représenté le SDC lors du webinaire Percez le marché indien, présenté par EDC en janvier 2020. Elle a indiqué que le Canada avait huit missions en Inde, dans le cadre desquelles une équipe dévouée de 50 délégués commerciaux fournit aux entreprises canadiennes des renseignements et des conseils pratiques sur ce marché.

« Nos délégués commerciaux en Inde peuvent vous aider à naviguer dans les méandres de ce marché complexe, a expliqué Mme Margenau. Que vous cherchiez à exporter, à éliminer des obstacles liés à l’accès au marché, à établir une coentreprise, à nouer une alliance stratégique ou à conclure des partenariats technologiques et en matière de R-D, nous vous encourageons à faire appel à nos délégués. »

Mme Margenau a fait remarquer que, si l’Inde était récemment remontée dans le classement de l’indice de facilité de faire des affaires, le pays demeurait un marché très difficile. Elle a donné des conseils qui aideront les entreprises à déterminer si elles devraient faire des affaires dans ce pays, notamment en ce qui concerne les prix, la concurrence et les obstacles liés à l’accès au marché. Quant aux entreprises décidant d’aller de l’avant, elle les a orientées dans l’élaboration d’une stratégie adaptée au marché.

Selon elle, les Canadiens jouissent de nombreux avantages sur le marché indien, dont la grande notoriété de la « marque Canada », reconnue pour la fiabilité et la qualité de ses produits et services. L’Inde est en outre le principal pays d’origine des étudiants étrangers au Canada. C’est d’ailleurs là l’une des raisons – outre l’importante diaspora indienne établie au Canada – pour lesquelles les liens personnels sont si forts entre les deux pays.

Enfin, Mme Margenau a encouragé les exportateurs et les aspirants-exportateurs canadiens à se renseigner sur les programmes de facilitation et le financement, des services qui sont d’ailleurs offerts par le SDC, notamment l’accélérateur technologique canadien, qui sera lancé en 2020, et le programme CanExport, dans le cadre duquel le SDC offre du financement pour des activités de développement des affaires en Inde.

Cinq choses à savoir sur le commerce en Inde

  1.   En Inde, le prix joue un rôle majeur dans les choix des consommateurs et des entreprises.
  2.   L’Inde est un marché axé sur les relations. On ne s’installe pas en Inde en criant ciseau.
  3.   L’Inde n’est pas un marché homogène. Segmentez votre stratégie en secteurs ou en régions, et établissez des relations dans cette optique.
  4.   L’âge et la hiérarchie sont importants. Habituellement, dans une réunion, seule la personne la plus chevronnée prend la parole.
  5.   Le végétarisme est répandu. Tenez-en compte dans vos repas d’affaires.