Singapour est un pays des plus vivants où il fait bon vivre et travailler. Quand je parle aux entrepreneurs canadiens qui envisagent d’y faire des affaires, c’est assez facile de les convaincre.

Ce riche pays insulaire est extraordinairement progressiste. Forts d’une économie ouverte et diversifiée, les Singapouriens réservent un accueil royal à leurs partenaires d’affaires. Parmi les 190 économies évaluées par la Banque mondiale pour leur facilité de faire des affaires, Singapour se classe deuxième. Impressionnant, quand on sait que le Canada occupe le 22e rang. Ses politiques favorables au commerce sont assorties de solides mesures de protection de la propriété intellectuelle, ses cadres juridique et institutionnel sont remarquablement transparents et sa fonction publique est très efficace.

À ce jour, Singapour est membre de 21 accords de libre-échange bilatéraux ou régionaux, notamment de l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, signé l’an passé par le Canada, Singapour et neuf autres pays de la région de l’Asie-Pacifique. Cet accord offre d’importants avantages concurrentiels aux entreprises canadiennes en assouplissant ou en éliminant les barrières tarifaires et non tarifaires.

Personnes traversant un pont à Singapour

Premier carrefour mondial de transbordement

Bien sûr, à l’exception de sa population multiculturelle, Singapour est surtout connue pour ses infrastructures de transport et de logistique, les meilleures au monde. Son port est relié à 600 autres dans plus de 120 pays. Outre le nombre ahurissant de conteneurs de marchandises qui passent par là – bien au-delà de 11 millions l’an passé –, Singapour est un tremplin stratégique vers le reste de l’Asie. Plus de 8 000 multinationales y ont établi leur siège social pour la région de l’Asie. C’est qu’elles savent très bien que Singapour est la porte d’entrée vers l’Asie.

« Singapour est un pays des plus vivants où il fait bon vivre et travailler. Quand je parle aux entrepreneurs canadiens qui envisagent d’y faire des affaires, c’est assez facile de les convaincre. »

Richard Dubuc  —  Conseiller aux affaires commerciales et délégué commercial principal Affaires mondiales Canada

Secteurs au fort potentiel

Singapour importe actuellement plus de 90 % des aliments dont elle a besoin pour nourrir sa population, en plus des 15 millions de touristes qu’elle accueille chaque année. Malgré une forte concurrence, il y a une foule de débouchés pour les exportateurs canadiens dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire, notamment en ce qui concerne la viande, le poisson, les fruits de mer, le soya, les légumineuses, les superaliments et les produits biologiques. Dans les cinq dernières années seulement, les exportations canadiennes de produits de la mer frais et transformés et de produits de l’aquaculture ont connu une croissance dans les deux chiffres.

Singapour possède aussi des laboratoires de recherche à la fine pointe de la technologie et des facultés universitaires de biomédecine de renommée mondiale. En cherchant à établir des partenariats avec les établissements d’enseignement du pays, vous pourriez aider votre entreprise à se faire connaître des nombreuses multinationales des domaines pharmaceutique et médical.

Férus de technologie, les Singapouriens ont jusqu’ici investi massivement dans les infrastructures, les énergies renouvelables, les technologies financières et la fabrication de pointe. Le pays est déterminé à développer le secteur des technologies de l’information et des communications, comme en témoigne l’investissement de 19 milliards de dollars sur cinq ans du gouvernement visant à financer la recherche et des entreprises novatrices du secteur de l’information, comme l’initiative phare Smart Nation. Carrefour mondial de la conceptualisation, de la recherche et du développement, Singapour est aussi un chef de file régional de l’entretien, de la réparation et de la remise en état. En fait, le programme Accélérateurs technologiques canadiens (ATC) a été lancé plus tôt cette année pour aider les entreprises canadiennes prometteuses des secteurs des technologies propres, des technologies financières, de l’intelligence artificielle et des villes intelligentes à trouver des occasions d’investissement et de croissance. Vous avez un produit ou une solution technologique et vous êtes prêt à l’exporter? Communiquez avec Tegan Watson, la responsable du programme à Singapour.

Améliorations possibles

Le Canada a une relation acceptable en matière d’échanges bilatéraux et d’investissements avec Singapour, ses exportations et importations se chiffrant respectivement à 1,2 milliard de dollars et à 1,3 milliard de dollars. Singapour est la plus grande source d’investissements étrangers du Canada parmi les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. L’investissement direct canadien à l’étranger y approche 6 milliards de dollars, ce qui en fait la principale destination pour ces fonds dans la région.

Il reste toutefois beaucoup de potentiel inexploité selon le Centre du commerce international, qui a ciblé les grands secteurs les plus susceptibles d’aider les exportateurs canadiens à diversifier leur offre sur le marché de l’Asie du Sud-Est. Cherchez par exemple des débouchés dans l’agroalimentaire et dans les nombreux domaines liés aux technologies, particulièrement ceux qui sont visés par le programme ATC à Singapour.

Destination de choix

Singapour est un terreau fertile pour les réunions, les voyages de motivation, les congrès et les expositions. Si vous avez des vues sur ce pays, envisagez de participer à une des missions commerciales où un représentant du Service des délégués commerciaux (SDC) sera présent :

Premier appel : le SDC

Avant de vous aventurer sur le marché, vous devez élaborer votre stratégie d’exportation, puis communiquer avec le bureau commercial du SDC le plus près de chez vous. Un représentant vous aidera à poser un regard critique sur votre plan en réalisant gratuitement une évaluation du potentiel du marché. Le SDC peut aussi vous orienter vers d’autres sources de renseignements sur le marché et vous mettre en contact avec d’autres organisations spécialisées dans le commerce, comme Exportation et développement Canada (EDC).

EDC peut vous aider à réduire les risques associés au commerce à l’étranger grâce à l’Assurance crédit. La Société a également noué des liens solides avec la crème des acheteurs de Singapour, notamment Keppel Corporation, Sembcorp, PSA Singapore et Infrastructure Asia. Dans le cadre de son Programme de jumelage d’affaires, EDC peut jumeler ces acheteurs à des fournisseurs canadiens capables de répondre à leurs besoins d’approvisionnement.

Si vous envisagez de tâter le pouls du marché lors d’une mission commerciale, assurez-vous de communiquer dès que possible avec un représentant du bureau du SDC de Singapour. Il vous aidera à entrer en contact avec des partenaires commerciaux sur place, qui pourront faciliter votre accès au marché. C’est d’ailleurs l’un des services les plus importants que peut vous offrir le SDC : un accès instantané à des professionnels réputés du commerce sur le terrain. Il peut aussi vous mettre en contact avec des clients potentiels ainsi qu’avec tous les acteurs dont vous aurez besoin pour établir votre réseau d’affaires : agents, distributeurs, avocats, comptables, traducteurs, interprètes culturels, représentants du gouvernement, etc.

CanExport : là pour vous aider

Explorer de nouveaux marchés peut être dispendieux, et c’est pourquoi le SDC offre du soutien financier dans le cadre du programme CanExport. L’aide offerte peut entre autres servir à financer 50 % de votre voyage à Singapour si vous participez à un congrès ou à une exposition. Sachez que ce programme a été considérablement bonifié dans le cadre de la Stratégie canadienne de diversification du commerce, qui vise à fournir aux entreprises canadiennes encore plus de ressources afin qu’elles puissent concrétiser leurs plans d’exportation.