Le commerce international est vital pour la croissance et la prospérité économiques du Canada. Malgré la présence de nouveaux débouchés d’exportation, l’escalade des tensions commerciales et l’incertitude croissante planant sur l’économie mondiale rendent le commerce international plus complexe et imprévisible, à un point tel que beaucoup d’entreprises canadiennes le considèrent trop risqué.

EDC est cependant d’avis que les avantages éclipsent les risques. Nous avons d’ailleurs comme mandat d’aider les entreprises canadiennes à aller au-devant de ces risques et à les atténuer pour qu’elles puissent saisir les nouvelles occasions d’exportation, qui sont multiples dans le contexte commercial actuel.

Allées de Shanghaï et la Perle de l’Orient

Diversification du commerce

Les entreprises canadiennes exportent généralement vers les États-Unis, mais le fait de se diversifier au-delà de leurs marchés habituels leur offre d’excellentes occasions de réduire le risque de concentration et de prendre de l’essor.

Marchés émergents

Grâce à leur impulsion continue, les marchés émergents se tailleront une part croissante du PIB mondial. Pour le Canada, cette situation sera porteuse de débouchés grandissants pour les exportateurs canadiens puisque ces marchés absorberont une part de plus en plus importante de nos exportations.

Investissement direct canadien à l’étranger (IDCE)

En investissant à l’étranger, les entreprises canadiennes s’implantent sur les marchés mondiaux. Elles peuvent ainsi éliminer les obstacles au commerce, prendre de l’essor, augmenter leur bassin de clients et saisir des occasions d’affaires, ce qui les protège contre les risques.

Accords de libre-échange

L’Accord économique et commercial global (AECG) élimine les droits de douane sur 99 % des lignes tarifaires de l’Union européenne (UE) sur les exportations canadiennes, ce qui permet au Canada de se démarquer dans les chaînes d’approvisionnement de ce marché. Quant à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), il donnera aux entreprises canadiennes, une fois toutes les dispositions en vigueur, accès à un bassin de quelque 500 millions de consommateurs. À cela s’ajouteront les marchés ouverts par le nouvel Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) et l’AECG, qui représentent eux aussi 500 millions de consommateurs chacun. Au total, la zone de libre-échange du Canada atteindra 1,5 milliard de consommateurs.

La marque Canada

La feuille d’érable atteste de la fiabilité, de l’adhésion à des pratiques responsables et de la capacité d’innovation des producteurs de biens et services canadiens, autant de traits qui font des entreprises canadiennes des partenaires commerciaux privilégiés sur la scène internationale.

Écran d’ordinateur affichant des sillons rouges et verts

Une récession mondiale est dans l’air, et le Canada n’est pas à l’abri d’un éventuel repli économique.

10 principaux risques mondiaux

En 2019, les Services économiques d’EDC ont publié une liste des dix principaux risques mondiaux auxquels seront confrontés les exportateurs canadiens au cours des cinq prochaines années. Les trois premiers sont les politiques prônant « l’Amérique d’abord », la menace d’une récession mondiale et le protectionnisme. Un résumé de ce rapport se trouve sur notre site Web.