En 2019, Exportation et développement Canada (EDC) a soufflé ses 75 bougies. Depuis plus de trois quarts de siècle, EDC travaille avec les entreprises canadiennes, en périodes d’expansion comme de récession économiques, afin de les aider à prospérer sur la scène du commerce international et, par le fait même, à favoriser la croissance de l’économie canadienne.

Il est difficile d’imaginer les retombées que le gouvernement du Canada espérait au moment de la création d’EDC, alors nommée Société d’assurance des crédits à l’exportation. En 1944, on ne se doutait pas que l’organisme qui deviendrait un jour Exportation et développement Canada contribuerait à générer plus d’un billion de dollars en exportations canadiennes et en investissements à l’étranger.

Cette année seulement, EDC a appuyé les activités de 16 807 entreprises canadiennes sur plus de 200 marchés, en plus d’engendrer plus de 102,6 milliards de dollars pour le Canada au chapitre du commerce international. Devant des résultats de cette ampleur, on pourrait presque oublier que le mandat d’EDC, depuis ses débuts, va bien au-delà des chiffres. À titre de présidente du Conseil d’administration, j’ai eu le privilège d’écouter des exportateurs des quatre coins du pays me dire comment EDC a été un artisan de leur succès. Ce sont ces témoignages, plus encore que les chiffres, qui illustrent véritablement l’apport d’EDC à la prospérité du Canada.

Épauler un exportateur en quête de capitaux, d’assurances ou de clients, ou encore l’aider à acquérir la confiance dont il a besoin pour réussir à l’international peut changer la donne pour lui et sa région. Renouveler cette expérience avec des dizaines de milliers d’entreprises pendant 75 ans, c’est indéniablement participer à l’essor de toute une économie. Pour la seule année 2019, on estime qu’EDC a soutenu 510 714 emplois au Canada et généré 63,7 milliards de dollars en contribution au PIB du Canada(1). Il s’agit là d’une contribution majeure à la prospérité du pays.

Il n’y a pas que l’ampleur des retombées générées par EDC depuis 75 ans qui est impressionnante; leur diversité l’est tout autant. L’année dernière, dans le cadre du plan d’action mis en place par le gouvernement du Canada en réponse aux perturbations commerciales affectant le secteur du canola, EDC a offert aux exportateurs touchés un soutien pouvant atteindre 150 millions de dollars sous la forme d’assurances commerciales. En 2019, EDC est restée engagée à appuyer plus d’entreprises détenues ou dirigées par des femmes qui exportent ou prévoient le faire. Non seulement elle a largement dépassé l’engagement de financement de 250 millions de dollars annoncé dans le budget fédéral de 2018, mais elle a également lancé le Programme d’investissement pour les femmes en commerce international, qui est assorti d’une enveloppe de 50 millions de dollars. Grâce à ce nouveau programme, EDC donne accès à des capitaux propres sous la forme d’investissements directs et d’investissements dans des fonds de capital-risque canadiens qui s’engagent à favoriser la mixité. 

L’année 2019 a également marqué le début d’une nouvelle ère de responsabilité et de durabilité pour EDC, qui est consciente que les Canadiennes et les Canadiens s’attendent à ce que leur organisme de crédit à l’exportation réponde aux plus hautes normes en la matière. La Société a ainsi publié de nouvelles politiques sur les droits de la personne et les changements climatiques afin de suivre de plus près les pratiques exemplaires internationales. De plus, elle a mis la dernière main à sa nouvelle politique sur la transparence et la divulgation, destinée à l’aider à communiquer de manière proactive plus d’information sur ses activités commerciales.

Cette volonté de transparence s’est également fait sentir dans les relations d’EDC avec les médias et avec le public : la Société a commencé à reconnaître ses erreurs quand ses contrôles préalables et ses processus décisionnels ont fait défaut, et à redoubler d’efforts pour mieux faire à l’avenir.

Tous ces événements ont eu lieu la même année où Mairead Lavery est devenue la première femme à être nommée au poste de chef de la direction d’EDC. J’ai eu la chance de participer au processus de sélection, et aujourd’hui, je suis fière de former avec Mairead le premier tandem féminin chef de la direction/ présidente du Conseil d’administration d’EDC. Outre sa grande expérience en finance, en planification stratégique et en transformation organisationnelle, Mairead est également animée d’une passion pour le mandat d’EDC. Elle est sans conteste la porte-parole dont EDC a besoin pour accroître sa visibilité sur les marchés.

La diversité et l’inclusion sont des enjeux chers aux yeux de Mairead. D’ailleurs, dès la première année de son mandat, elle en a fait des questions centrales pour la Société. Un effectif inclusif célébrant la diversité non seulement reflète la pluralité de la société canadienne, mais il permet également à EDC d’être mieux à même de répondre aux besoins particuliers de toutes les entreprises du pays. En 2019, EDC a créé un poste entièrement consacré au soutien des entreprises exportatrices autochtones, compte tenu de la nécessité de bonifier l’appui à ce segment où les ressources manquent. De plus, EDC a procédé à l’évaluation de l’accessibilité de ses services aux exportateurs autochtones, et les conclusions de cet examen seront transposées dans une stratégie à long terme.

Les retombées engendrées par EDC évoluent. Voilà pourquoi j’aimerais remercier mes collègues du Conseil d’administration pour leur rôle inestimable : ils aident la Société à maintenir le cap durant cette période d’importante transformation.

La moitié des administrateurs viennent de terminer la première année complète de leur mandat, et je peux vous dire que nos échanges ont été grandement enrichis par leurs nouvelles idées et contributions. Ces points de vue nouveaux, conjugués aux connaissances et à l’expérience de nos membres chevronnés, ont instauré en 2019 une dynamique unique qui a été très efficace et franchement plaisante. J’ai très hâte de voir ce que nous accomplirons au cours des prochaines années.

En terminant, je souhaiterais exprimer ma profonde gratitude aux dévoués employés d’EDC. Il y a 75 ans, la Société a été mise sur pied par quatre personnes, dont trois vétérans de la Deuxième Guerre mondiale. Il ne fait aucun doute que nos quatre employés fondateurs étaient très motivés à s’acquitter de leur mission : veiller à ce que le Canada soit prêt à atteindre son plein potentiel dans l’économie mondiale de l’après- guerre. Aujourd’hui, vous perpétuez ce précieux héritage en accomplissant un travail tout aussi emballant, primordial et, avouons-le, rempli de défis.

Je pourrais vous nommer des milliers d’exportateurs de partout au pays qui vous sont reconnaissants de les avoir aidés à croître et à réussir à l’étranger. Au nom de tout le Conseil d’administration d’Exportation et développement Canada, je vous remercie du rôle déterminant que vous jouez pour ces entreprises, et pour le Canada.
 

Une coche à côté du mot « validé »

(1) Pour la seule année 2019, on estime qu’EDC a soutenu 510714 emplois au Canada.