Le commerce électronique s’est avéré salutaire pour de nombreuses entreprises canadiennes durant la crise de la COVID-19. Mais même avant le début du bouleversement, la tendance mondiale à se tourner vers les achats et les ventes en ligne gagnait en vitesse.

La pandémie a porté cette accélération à son comble. D’après une analyse sur le commerce de détail électronique et la COVID-19 de Statistique Canada, les ventes électroniques sur le marché intérieur ont atteint un record de 3,9 milliards de dollars en mai, ce qui représente une augmentation de 2,3 % par rapport à avril, de 99,3 % par rapport à février et de plus du double par rapport à mai 2019. Beaucoup d’entreprises qui hésitaient à mettre en place ou à améliorer une plateforme de commerce électronique ont décidé de passer à l’acte. 


Dans ce billet, nous nous intéresserons aux sujets suivants :

Types de plateformes

Voyons d’abord les types les plus répandus de plateformes de commerce électronique :

  • Marchés en ligne
    Vous avez sûrement déjà entendu parler des marchés en ligne tels qu’eBay et Amazon. Il y a aussi Otto.de en Allemagne, Flipkart en Inde, Tmall en Chine… Certaines de ses plateformes sont spécialisées dans des marchés à créneaux; Etsy (disponible en anglais), par exemple, est conçue pour les vendeurs de produits des métiers d’art qui desirent vendre localement et à l’étranger. Quoique ces sites soient populaires, y tirer son épingle du jeu peut relever de l’exploit. Assurez-vous donc de choisir un marché bien adapté aux ventes à l’étranger grâce, par exemple, à des mécanismes de paiement prenant en charge différentes devises. 
  • Vitrines conçues à partir d’un modèle
    Les fournisseurs de ces plateformes vous donnent le choix entre des modèles prédéfinis auxquels s’ajoutent des extensions et des modules facultatifs pour assembler une plateforme de commerce électronique fort efficace. La tarification dépend des composantes choisies : passerelles de paiement externes, prise en charge des commandes de l’étranger, capacités de production de rapports, analyse des ventes, modules facultatifs, etc.
    Ces plateformes peuvent être une solution économique pour les PME et les microentreprises souhaitant mettre en place une plateforme de commerce électronique international. Shopify (disponible en anglais) est un exemple canadien de ce type de plateforme. 
  • Plateformes de commerce électronique sur mesure
    Si ces vitrines ne sont pas suffisantes pour vous, vous pouvez recourir à un concepteur Web spécialisé en solutions de commerce électronique sur mesure. L’entreprise travaillera avec vous pour ajuster la plateforme à vos besoins. Cette solution, la plus coûteuse de toutes, peut donner précisément à votre plateforme l’apparence, l’expérience et la flexibilité que vous voulez.
    Au sommet de cette gamme se trouvent les plateformes onéreuses des géants du commerce électronique. À moins de prévoir d’énormes volumes d’affaires sur plusieurs marchés outre-mer, vous n’avez probablement pas besoin d’une solution aussi sophistiquée.
  • Plateformes maison
    Vous pourriez balayer d’un revers toutes ces solutions et construire votre plateforme à partir de rien, mais cette approche est très peu susceptible de vous faire gagner du temps ou de l’argent. Coûteuse et lente à la commercialisation, elle est sujette aux erreurs de conception et nécessite les services de concepteurs compétents et de spécialistes des TI.

Coût d’une plateforme de commerce électronique

La plupart des entreprises optent pour l’une des trois premières options décrites ci-dessus : marché en ligne, vitrine ou plateforme sur mesure. La liste ci-dessous – non exhaustive – vous donnera une idée des principaux coûts à prévoir selon la plateforme et les options choisies.

Marchés en ligne

Les marchés en ligne sont facturés à l’utilisation en fonction de différentes sortes de frais. Les très petites entreprises dont la gamme de produits est limitée peuvent en tirer avantage à faible coût. Prenons eBay par exemple : on paie des frais une première fois à la mise en vente d’un article, puis une deuxième fois au moment de la vente. D’autres frais peuvent s’ajouter dès qu’on s’éloigne de la formule de base.

Vitrines

Pour les vitrines, le calcul du coût est plus complexe puisqu’il faut choisir entre toutes sortes de modèles, d’outils et de fonctions selon les besoins; vos choix détermineront le montant de la facture. Dans la plupart des cas, vous payez des frais mensuels forfaitaires auxquels s’ajoutent, par exemple, des frais de transaction ou de carte de crédit.

Les fonctionnalités de Shopify illustrent bien cette formule :

  • constructeur de boutiques par glisser-déposer au vaste éventail de thèmes visuels;
  • assistance pour créer une image de marque et trouver un bon nom de boutique et de domaine;
  • panier d’achats et sélection de passerelles de paiement assurant la facilité et la rapidité des paiements par carte de crédit;
  • tenue d’un inventaire synchronisé pour tous vos canaux de vente;
  • gestion de la logistique avec suivi de l’acheminement pour les clients, option de livraison directe et connexion à des centres de traitement;
  • outils pour analyser la démarche d’achat des clients et les destinations des produits;
  • gestion du profil et du compte des clients;
  • expérience utilisateur uniforme sur les appareils fixes et mobiles.

Plateformes sur mesure

La conception sur mesure est la solution la plus dispendieuse. Vous paierez entre autres pour ce qui suit :

  • conception et développement du site Web côté serveur et côté client;
  • conception de l’interface et de l’expérience utilisateur;
  • développement logiciel de services de commerce électronique, comme l’affichage des produits, le traitement des commandes, des paiements et des transactions, et la gestion de la logistique et de l’expédition;
  • plateforme simple à utiliser pour les acheteurs sur appareil mobile;
  • développement logiciel de modules ou d’extensions sur mesure;
  • sécurité de la plateforme;
  • dépenses courantes telles que la gestion de l’inventaire, les fonctionnalités de messagerie et la sauvegarde des données.

Sources de financement

Il existe de nombreuses sources de financement pour le commerce en ligne. Voici les principales :

  • Service des délégués commerciaux du Canada (SDC)
    Consultez le Guide du requérant du gouvernement du Canada du programme CanExport PME. Des fonds sont accessibles pour créer, adapter et traduire des outils de marketing. Son guide Pleins feux sur le commerce électronique pourrait d’ailleurs vous être utile de manière générale. 
  • Banque de développement du Canada (BDC)
    BDC finance l’achat de matériel technologique, comme des serveurs et des réseaux; le marketing numérique, y compris le commerce électronique et la construction de sites Web; le recours à des solutions logicielles et à des services consultatifs. Voir la page financement pour les technologies de BDC. 
  • Shopify
    Shopify a un programme de financement, Shopify Capital, qui offre des avances de fonds à ses clients canadiens admissibles.
  • Exportation et développement Canada (EDC)
    EDC offre du soutien financier aux entreprises canadiennes avec son Garantie du Programme de crédit aux entreprises (PCE). Ce programme consiste à fournir une garantie à votre institution financière pour qu’elle puisse vous offrir de nouvelles lignes de crédit ou de nouveaux prêts, ou majorer vos instruments financiers actuels, en réponse à la pandémie de COVID-19

La place du commerce électronique après la pandémie

Les avantages et les inconvénients du commerce électronique étaient bien connus avant la pandémie. Ce qui a changé, c’est le fait que les vendeurs en ligne ont trouvé des façons de réduire les inconvénients et de maximiser les bénéfices en réponse à la COVID-19, d’où les taux de croissance actuels.

Cela dit, les boutiques physiques ne sont pas près de disparaître; fortes de leurs atouts distinctifs, elles resteront bien vivantes dans le milieu de la vente au détail. Mais il ne fait aucun doute que les consommateurs continueront d’alimenter la croissance économique du commerce en ligne après la pandémie. Les entreprises qui feront rapidement le saut vers le canal électronique seront les grands vainqueurs de demain. Alors, si vous ne voulez pas rater le train, l’heure est aux préparatifs!