Eduardo Bohórquez

Eduardo Bohórquez, actuellement directeur général de Transparency International au Mexique (Transparencia Mexicana), est un pionnier de la transparence, de l’imputabilité et de la lutte contre la corruption au Mexique. Au cours des deux dernières décennies, M. Bohórquez a occupé différentes fonctions au sein de Transparencia Mexicana. En 1998, il a été nommé secrétaire du conseil d’administration de l’organisme. En 2000, lors du changement de gouvernement, il a supervisé la rédaction du premier programme de politique publique et civique de lutte contre la corruption, qui a mené à un ensemble de changements législatifs et politiques en matière d’accès à l’information. Dans le cadre du programme de transparence et d’imputabilité, M. Bohórquez a été responsable de l’élaboration d’outils à titre de témoin social pour les projets de marchés publics (une bonne pratique mondialement reconnue par l’OCDE), du sondage national sur la corruption et la bonne gouvernance (le premier indice sur les cas de corruption en Amérique latine, et maintenant un instrument officiel de mesure de la corruption utilisé par le Bureau national de la statistique), et de l’adoption d’une politique initiale sur les conflits d’intérêts ainsi que de politiques visant à réformer la prestation des services publics, les programmes sociaux et les politiques en éducation. Ardent défenseur de l’utilisation des technologies pour réduire les risques de corruption, M. Bohórquez a systématiquement cherché à promouvoir des réformes en matière d’approvisionnement en ligne et l’intégration de données ouvertes aux budgets et aux marchés publics. Sous sa gouverne, Transparencia Mexicana a agi comme observateur indépendant pour 200 processus d’approvisionnement publics d’envergure concernant entre autres des centrales hydroélectriques et des achats consolidés dans le secteur de la santé. De plus, M. Bohórquez a été membre du conseil d’administration de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, établie à Oslo. Il a reçu le prix mondial Open Government pour sa participation à la réforme de l’intégrité concernant les garderies au sein du Social Security Mexican Institute (IMSS). Il a aussi contribué à la société civile comme personne-ressource du milieu universitaire, du secteur privé et de la population civile durant l’élaboration du système national de lutte contre la corruption (2014-2016). Il participe actuellement à l’établissement du nouveau bureau du procureur général avec l’équipe de transition du président désigné.