Lorsque Prepac a décidé de maintenir sa production au Canada, elle l’a fait pour plusieurs raisons. Mais un des éléments de cette décision, que la compagnie n’avait pas prévu, touche directement le cœur des activités de l’entreprise.

Installée à Delta, C.-B. depuis 1979, le fabricant de meubles prêts à assembler était 1979 un détaillant avec ses magasins traditionnels où il vendait ses meubles reconnus pour leur excellente capacité de rangement pour chambres à coucher, espaces de divertissement, vestibules, bureaux à la maison, salles à manger et espaces de rangement.

Rapidement, l’entreprise a développé un modèle d’affaires par catalogue, fournissant des détaillants de vente par catalogue comme Sears.

Lorsque ce modèle de vente par catalogue est devenu désuet, l’entreprise s’est mise à la vente en ligne. Adopter et adapter le modèle de la vente en ligne a permis au manufacturier de mieux gérer ses stocks et sa production « juste-à-temps », ce qui constitue un facteur clé du succès de l’entreprise.

Aujourd’hui, les consommateurs peuvent magasiner 24 heures sur 24, sept jours sur sept et la compagnie n’a jamais songé à revenir au modèle d’affaires traditionnel, sa plateforme en ligne ayant grandement contribué à accroître les exportations.

« Pour nous, la plus forte augmentation des ventes est venue du marché américain, explique Steve Simpson, fondateur et chef de la direction de l’entreprise. Les statistiques ne mentent pas : la population est 10 fois plus grande aux É.-U. qu’au Canada. »

Pour nous, la plus forte augmentation des ventes est venue du marché américain.

Steve Simpson  —  Fondateur et chef de la direction Prepac

Lorsque la compagnie a adopté le modèle de vente en ligne, elle a dû se demander si elle maintiendrait sa production au Canada. La plupart de ses concurrents optaient pour la fabrication à l’étranger.

« Nous avons choisi de continuer à fabriquer nos meubles au Canada il y a 17 ans alors que la plupart des manufacturiers nord-américains déplaçaient leur production vers la Chine, poursuit Simpson. Nous avons dû évaluer la possibilité de suivre cette tendance. C’était une décision difficile, car nos marges bénéficiaires sont minces, mais nous avons décidé de nous distinguer de la concurrence. Nous avons recentré nos efforts vers les clients de nos clients et cela nous a permis de réduire nos délais de suite de trois semaines à deux jours. Pour nous, passer de la vente par catalogue au commerce en ligne a été un tournant. »

Aujourd’hui, l’entreprise livre directement au consommateur par l’entremise de plusieurs détaillants en ligne, dont Amazon et Home Depot.

Nous avons choisi de continuer à fabriquer nos meubles au Canada il y a 17 ans alors que la plupart des manufacturiers nord-américains déplaçaient leur production vers la Chine.

Steve Simpson  —  Fondateur et chef de la direction Prepac

« Nous voulons assurer l’ensemble de la chaîne, explique Steve Simpson. Nous faisons la conception, la fabrication, la livraison et le service au consommateur. Nous pensons que la seule façon de le faire est en gérant les stocks dans l’ensemble de la chaîne. Cela a représenté un énorme changement. Nous sommes passés d’une ou deux commandes par jour à un volume de 2 000 à 6 000 plus petites commandes. 

Cela fait en sorte que l’entreprise n’a plus besoin de maintenir une équipe de représentants des ventes, puisque le siège social contrôle désormais les ventes et le marketing directement avec ses détaillants.

Nous sommes passés d’une ou deux commandes par jour à un volume de 2 000 à 6 000 plus petites commandes.

Steve Simpson  —  Fondateur et chef de la direction Prepac

Cela dit, les détaillants en commerce en ligne sont extrêmement exigeants envers leurs manufacturiers fournisseurs.

Il y a de nombreuses barrières et tout peut parfois déraper, explique Michelle MacKinnon, vice-présidente, Finances et Technologie de l’information. Mais parce que nous contrôlons les opérations du début à la fin, nous avons été en mesure de relever ces défis. »

Jim Mathison, président de Prepac, souligne que la demande des détaillants a augmenté au même rythme que s’est développé le commerce en ligne dans l’industrie de la fabrication.

« Avec certains de nos gros clients, dit-il, nous sommes pénalisés si nous ne pouvons leur faire parvenir une confirmation de la commande dans l’heure, et ce, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Un autre client détaillant exige que les services des TI de Prepac ne soient hors service qu’au maximum deux heures par année et que le moment de la mise hors service soit planifié.

Les exigences et les normes en matière de commerce en ligne sont de plus en plus élevées, ce qui rebute plusieurs entreprises.

Jim Mathison  —  Président Prepac

« Nous fermons pour Noël et le jour de l’An, poursuit Mathison. Sinon, la production se fait 24 heures sur 24, six jours par semaine. Les exigences et les normes en matière de commerce en ligne sont de plus en plus élevées, ce qui rebute plusieurs entreprises. »

Certains détaillants pénaliseront également les fabricants si ces derniers n’ont pas un article en stock et cela fait en sorte que la fabrication sur place constitue un réel avantage. Le détaillant n’est pas très chaud à l’idée d’attendre la livraison d’un produit provenant de Chine.

« Acheminer les produits par conteneurs provenant de Chine, c’est faire en sorte que vos stocks seront soit excédentaires, soit insuffisants, dit-il. Quant à nous, nous garantissons à nos clients que nous avons le produit en stock. »

Pour connaître du succès avec le commerce en ligne, une entreprise manufacturière comme Prepac a dû mettre à niveau ses systèmes afin d’être en mesure de traiter de plus en plus d’information et fournir à ses clients de plus en plus de soutien. Elle doit également s’assurer de livrer 100 % des commandes qu’elle reçoit dans le délai crucial de 24 à 48 heures.

« Environ 60 % des commandes que nous recevons avant 9 h le matin sont expédiées le même jour », explique Simpson.

Prepac fournit également des photos et descriptions de ses produits à ses détaillants en ligne pour leur site web, ce qui exige le travail d’une équipe de création pour ce matériel.

« Chaque jour, il y a de nombreux éléments à coordonner », souligne MacKinnon.

Le commerce en ligne et l’exportation ont permis à Prepac de continuer à produire au Canada et l’entreprise en est fière. Cette année, Prepac embauchera 50 nouveaux employés.

« Nous avons investi beaucoup d’argent dans les technologies d’avant-garde pour la fabrication et nous sommes également très fiers du fait que 90 % du matériel brut que nous utilisons provient d’Amérique du Nord, affirme Mathison. Nous pourrions mener nos activités dans bien des endroits dans le monde, mais nous avons choisi de maintenir nos activités ici. »