La prochaine fois que vous commanderez un plat à emporter dans votre resto préféré, il y a fort à parier que le beau contenant à couvercle rabattable, la paille de papier ou la boîte à pizza soit l’œuvre de Gallimore Products Inc.

Depuis 2005, cette entreprise torontoise fabrique de la vaisselle, des ustensiles et des contenants à emporter compostables pour les restaurateurs du Canada. Ce qui distingue les produits Galligreen? Ils sont faits de canne à sucre, de bambou et de maïs.

« Gabriel Gallimore, mon père, a travaillé comme chimiste avant de fonder Gallimore Products en 1985. Il était absolument fasciné par la composition chimique des produits. Après avoir créé la gamme Galligreen, il s’est consacré à l’écoresponsabilité et à la promotion d’un avenir meilleur », raconte Gamila Gallimore, vice-présidente directrice de l’entreprise.

« Un restaurateur ne peut pas se permettre de choisir n’importe quel contenant. Il doit trouver un produit de qualité qui préservera l’intégrité du contenu jusqu’à son arrivée entre les mains du client », explique la femme d’affaires trentenaire.

Pailles de papier rayées dans un cocktail glacé


« Nos récipients à couvercle rabattable en canne à sucre ont été qualifiés de “contenants par excellence pour la livraison”. Ils préservent l’intégrité des aliments, emmagasinent la chaleur, évacuent la vapeur et assurent la satisfaction des clients. Et bien sûr, le fait qu’ils soient 100 % compostables est un atout. »

Cependant, il n’a pas été facile de convaincre les clients de partout en Amérique du Nord et en Amérique du Sud de payer considérablement plus pour ces produits novateurs que pour les traditionnels récipients en mousse.

« Il y a 15 ans, la différence de prix était astronomique, ce qui rendait la transition difficile. Par chance, le secteur de la restauration a pris un virage écologique et s’est mis à privilégier les emballages qui peuvent se composter, poursuit Gamila Gallimore. Chez Gallimore, nous avons pour mission de réduire notre empreinte écologique. Nos clients comprennent la valeur de cette mission et savent que chaque geste compte pour la santé de la planète. »

Elle admet toutefois qu’il y a beaucoup de confusion dans le marché en raison du constant souci des entreprises de présenter leur produit comme « écolo ». 

« Biodégradable et compostable : voilà deux mots qui semblent synonymes, mais qui peuvent s’avérer trompeurs. Toutes les matières ou presque sont biodégradables, même la mousse de polystyrène qui prend au moins 500 ans à se dégrader. Or, toutes ces matières ne sont pas compostables, c’est-à-dire aptes à se dégrader en 60 à 120 jours. Pour être compostable, un produit doit être entièrement fait de matières naturelles, comme la canne à sucre ou le bambou, ou de plastique végétal, comme l’acide polylactique (PLA). »

« Bref, une matière biodégradable n’est pas nécessairement compostable, mais une matière compostable est nécessairement biodégradable! »

Pizza prête à manger dans sa boîte


L’entreprise soumet les produits Galligreen à une batterie de tests rigoureux pour s’assurer qu’ils laissent une empreinte aussi légère que possible sur l’environnement. « Nous avons le bien commun à cœur. En proposant plus de 400 produits compostables, durables, recyclables et personnalisables, nous offrons aux restaurateurs une panoplie d’options d’emballage pour leur établissement. »

Le défi de la COVID-19

Fermeture de restaurants, restrictions touchant les salles à manger, perturbation des chaînes d’approvisionnement… Le secteur de la restauration a été durement frappé par la COVID-19.

Au plus fort de la crise, Gallimore a vu son chiffre d’affaires à l’exportation chuter de 55 %, tandis que la popularité croissante des commandes à emporter grugeait ses stocks.

« Le secteur était en chute libre, mais la livraison et les commandes à emporter demeuraient parmi les activités jugées à risque faible. Les emballages à usage unique sont un élément important du secteur de la restauration, ce qui nous touche directement. Certains produits d’emballage sont devenus essentiels. »


La flambée de la demande exerçait une grande pression sur les finances de l’entreprise canadienne et sur ses 35 employés. Il fallait désespérément renflouer les coffres. Gallimore a communique avec sa banque et a pris connaissance de la Garantie − Programme de crédit aux entreprises (PCE) d’Exportation et développement Canada (EDC).

En partenariat avec des institutions financières partout au Canada, EDC fournit une garantie pour la majorité de l’argent emprunté, les encourageant à accroître l’accès au crédit d’une entreprise.

« La Garantie −PCE d’EDC nous a permis de produire les stocks supplémentaires dont on avait grandement besoin en Amérique du Nord et en Amérique du Sud durant la pandémie. Pour plusieurs de nos produits, les ventes avaient diminué à cause des fermetures de restaurants, mais pour d’autres, comme les contenants à emporter et les sacs de papier, la demande surpassait largement les réserves que nous avions sous la main », rapporte Gamila Gallimore.

« Grâce au programme d’EDC, nous avions les fonds nécessaires pour passer de bien plus grosses commandes sur-le-champ, pour ainsi aider les restaurateurs dans ces circonstances sans précédent. »

« Comme je suis une femme de 30 ans dans un domaine à prédominance masculine, le principal défi auquel je suis confrontée est une certaine incrédulité face aux fonctions que j’occupe malgré mon jeune âge. Je perçois des jugements ou même des doutes quand je rencontre un client ou un partenaire d’affaires pour la première fois. »

Gamila Gallimore  —  Vice-présidente directrice Gallimore Products Inc.
Gamila Gallimore, vice-présidente directrice de Gallimore Products Inc.

Son conseil aux autres femmes dans la sphère du commerce

« Soyez vous-même et ayez confiance en vous. Il m’a fallu des années avant de savoir réellement appliquer ce conseil, et j’ai eu la chance d’être sous l’aile d’un des plus grands hommes que je connaisse : mon père. Il m’a appris à viser haut et à persévérer pour atteindre mes objectifs, aussi difficile que cela puisse être. »


En dépit de la pandémie, Gamila Gallimore encourage les femmes à passer à l’action pour réaliser leurs rêves.

« Mon conseil, c’est tout simplement de faire le premier pas – il n’y a pas meilleur moment que maintenant. Si votre entreprise offre une solution pertinente, alors elle fleurira dans un marché ou un autre. N’ayez pas peur de sortir des sentiers battus : ça pourrait être la meilleure décision de votre vie. »